Comment s’engager dans le développement durable quand son coeur de métier, c’est la production textile ?

Une sacrée question qu’attaque Tape à l’Oeil,  enseigne française de prêt-à-porter pour enfant. Pour ce faire, elle propose un format long, organisé en chapitres.

« On n’a pas la prétention de dire qu’on va changer les choses tout seuls, mais on veut agir à notre niveau. On veut faire notre part ! Aujourd’hui, nous ne sommes pas parfaits mais on veut devenir meilleurs, pas après pas. En toute humilité, on veut jouer un rôle dans cette transformation, avec et pour vous. Mais surtout, avec et pour nos enfants 🤝 »

Et pour démontrer qu’elle avance, la marque expose certaines de ses actions face aux problèmes majeurs liés à l’industrie textile : recyclage, consommation d’eau, etc.

Par exemple :

On y identifie un problème. Ici : « Aujourd’hui produire des vêtements consomme de l’eau.
2500 litres d’eau sont nécessaires à la production d’un t-shirt.
10000 litres d’eau sont nécessaires à la production d’un jean. »

La piste pour une solution : « Alors nous avons rencontré Thomas, de l’association Demain la Terre !, avec lui nous avons observé l’eau et toute la vie qu’elle renferme. Il nous a permis de comprendre pourquoi réduire notre impact sur l’eau et l’utiliser de manière la plus respectueuse possible est un enjeu essentiel pour nous. »

Et concrètement ? « Et c’est dans ce sens que nous avons fait un premier pas, en proposant tous nos Denim 100% lesswater. »

Un autre exemple ?
Dans le chapitre 2, Faire durer, on peut y lire que « Aujourd’hui, moins d’un quart seulement des textiles sont véritablement recyclés. Le vêtement qui pollue le plus est celui qu’on ne porte pas (ou plus). »

Ensuite, la marque renvoie ensuite sur leurs réseaux sociaux… et propose de découvrir leur lookbook. Je dois dire que j’ai trouvé ça un peu paradoxal, de renvoyer vers une nouvelle collection, après avoir prôné une consommation raisonnée.
En revanche, Tape à l’oeil encourage ensuite à partager nos « petits pas« , comprenez nos (plus ou moins) petites actions qui finissent, bout à bout, par être significatives…

Les conseils d’entretien pour faire durer les vêtements constituent aussi un sérieux appel du pied : évidemment, l’engagement de la marque est prépondérant. Mais chacun peut aussi faire sa part…

Alors, greenwashing ou pas, Tape à l’Oeil ? Vous voyez ça comme une communication efficace… ou culpabilisante ?

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :