Passer 5 mn contemplatives devant un Deejo.

Ma première fois, c’était en 2003 : je cherchais un téléphone portable et c’est Nokia qui m’avait fait découvrir cette interface 3D de manipulation d’objet. Donc, non, rien de nouveau, mais je suis quand même resté bloqué 5 minutes, ou pas loin, à observer un objet que je n’avais pas prévu d’acheter, et l’hésitation grandit. C’est certain : si j’ai besoin d’un couteau, je choisirai une version 27g avec une finition titane gris et un manche en frêne, et ce sera un Deejo (par ici pour customiser le vôtre).

Pas spécialement amateur de lames, j’ai passé ces quelques minutes précieuses de mon samedi matin à manipuler, tourner et customiser ce Deejo. Pour quelle raison ? L’expérience. C’est satisfaisant : ça tourne, ça s’ouvre, se referme, ça change d’apparence…

La vue pourrait être plus réaliste (peut-être au prix de la fluidité ?), mais contrôler la vue et manipuler l’interface de personnalisation directement dans l’environnement 3D a rendu l’exercice si ludique que j’aurais pu passer autant de temps à manipuler une sécheuse d’oreilles (si, si, ça existe). Le contenu m’a amené à prendre le temps de découvrir le produit ; ça suffisait à me donner envie de vous le partager.

Et si vous vous demandez comment ce contenu est arrivé à moi, non-amateur de couteaux : Pinterest.
Et pour la sécheuse d’oreilles, non, quand même pas.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :