Netflix rebascule dans l’univers « réel » avec sa marketplace de produits bien physiques

De simple vidéo club en 1997, à plateforme de streaming, puis productrice de ses propres contenus, Netflix boucle la boucle avec sa marketplace d’objets déco, de bijoux et de vêtements de créateur·ices liés à l’univers de ses contenus vidéos.

Le plus intéressant dans tout ça, c’est la flexibilité de ce géant : sorti de « nulle part », il a investi tous les navigateurs web, comme par magie. Mais à la base, Netflix, c’est un bon vieux vidéo club qui loue, qui était créatif, déjà à l’époque. En effet, ce vidéo-club louait des DVD par correspondance.

Déjà dans les 90s’, la dépendance physique (devoir habiter à côté du vidéo club pour voir le film désiré) avait été surmontée par l’entreprise, par la voie postale. Si beaucoup d’entreprises sont en train de prendre leur virage digital, Netflix a pris le sien en 2007, bientôt 15 ans. S’inspirant depuis longtemps d’Amazon, Netflix est maintenant en tête sur l’autoroute du streaming et du digital.

Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Alors que la différence entre la « vraie » et la « fausse » vie -j’ai nommé le virtuel et le réel, est une binarité aux frontières de plus en plus floue : ce qui se passe en virtuel impacte le réel, et inversement. Netflix lance sa marketplace pour relier le contenu digital vers le produit physique, qui se touche, qui se sent, qui se porte.

Le génie réside dans la simplicité, la cohérence et la concentration des forces.

Finalement, avec cette marketplace, avec des produits créés par des artistes aux profils hyper variés, Netflix ramène la fiction dans la réalité. En effet, on peut y trouver des bijoux, un réveil, des vêtements et plus encore, inspirés de l’univers des animés « Yasuke » (animés japonais) produits par Netflix.

La démarche est à la fois publicitaire et mercantile via des artistes d’origines et de styles variés, dans un site dont l’UX est complètement raccord avec le site de streaming. On nous régale même de contenus vidéo backstage. Tout est marketé, mais tout est si cohérent que nous sommes plonge·és dans un autre univers, et on y plonge tête la première !

Enfin, une pop-up nous propose de nous abonner à la newsletter… on aime à penser que ce site n’est pas un coup de com’ en one-shot pour « Yasuke », mais une stratégie plus long terme pour retenir les internautes dans l’univers Netflix en ligne et hors ligne.

Et vous, vous faites quoi pour rendre votre contenu digital réel dans le monde physique ou, au contraire, pour rendre vos produits physiques digitaux ?

netflix.shop

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com. par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :