Comment l’IA transforme les processus de création de contenus en 2021

On le sait, l’IA continue de faire son bout de chemin, avec des hauts et des bas (on pense aux biais racistes ou sexistes, par exemple). Que s’est-il passé jusqu’à maintenant, en 2021, pour les pros de la rédaction web, de l’UX writing, du copy writing et de la création de contenu digital ?

Vous connaissez le Washington Post ? Mais connaissez-vous son IA rédactrice de contenu ? De son petit nom « Heliograf« , cette intelligence artificielle génère automatiquement des articles sur des matchs de football américain de lycées, sur base d’infos envoyées par les entraîneurs des équipes (oui, il y a quand-même toujours un·e humain·e quelque part). Cette IA est une technologie de storytelling automatisée : on la nourrit avec des infos brutes, elle en fait un joli article avec des ascenseurs émotionnels et une histoire qu’on a envie de lire jusqu’au bout (si on aime le football américain en herbe).

Envie de voir le résultat ? Ce qu’écrit Heliograf va du tweet à l’article complet.

Ça, c’était il y a 4-5 ans (ça ne nous rajeunit pas…). En 2017, Heliograf a produit 850 contenus sur des matchs de football américain. Depuis 2020, Heliograf s’attaque aussi à l’audio :

« Powered by Heliograf, The Post’s audio election results will be automatically inserted into The Post’s political podcasts and read by an AI voice assistant. Listeners will hear state-specific results personalized to their location. »

Le Washington post n’est pas le seul à avoir un « robot reporter« , c’est aussi le cas de Forbes (avec Bertie) ou encore de Reuters, qui peuvent via l’IA continuer à produire plus et plus vite, tout en plaisant à Google et aux internautes.

Soyons plus spécifiques et allons voir en quoi ce genre d’IA a aidé à la création de contenu dernièrement :

#1 Améliorer la personnalisation de contenu.
#2 Brainstormer des sujets et lutter contre le syndrome de la page blanche.
#3 Améliorer la grammaire (et donc aller bien au-delà des correcteurs d’orthographe). Je pense notamment à « Grammarly » qui, en anglais, identifie le ton que j’utilise dans mes emails et corrige selon le ton souhaité (bientôt l’intégration et correction en direct d’un tone of voice bien spécifique ?)
#4 Créer les contenus, vraiment.
#5 Tracker leurs performances.

Plus d’infos dans l’article de Datafloq : https://datafloq.com/read/how-ai-transforms-process-content-creation-2021/16290

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com. par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :